SOLIDARITE GUYANE
Accueil Retour
 

Imprégnation mercurielle dans le Haut-Maroni

(pour plus d'infos, contactez-nous à : solidariteguyane@wanadoo.fr )

(Mis à jour le 28 décembre 2006)


Etude réalisée par Solidarité Guyane (fin septembre 2006)

Comme chaque année depuis 2004, Solidarité Guyane a effectué, dernière semaine de septembre 2006, une nouvelle série de prélèvements dans les villages amérindiens du Haut-Maroni. Ces prélèvements sont à rapprocher des prélèvements réalisés en 2004 et 2005. Ils sont destinés à mesurer l'évolution de la pollution mercurielle provoquée par l'orpaillage illégal à proximité de leur zone de vie.

Cette campagne fait suite à une grande opération de communication réalisée fin 2005 par Solidarité Guyane dans chaque village sur les dangers du mercure pour la santé de chacun et plus particulièrement les femmes enceintes et les jeunes enfants. L'information s'est appuyée sur une vidéo pédagogique, réalisée par Solidarité Guyane et s'adressant directement aux Wayanas, sur les effets du mercure sur leur santé et les poissons les plus touchés qu'ils doivent éviter de consommer.

L'échantillonnage porte sur 90 prélèvements de cheveux réalisés dans le respect du protocole imposé par le laboratoire d'analyse du NIMD (National Institute for Minamata Disease - Japon) agréé par l'OMS. L'étude a été effectuée dans les villages de Kayodé, Elahé, Taluwen et Antecume.

Tout d'abord, à titre de point de référence, le tableau (source InVS-1999) des concentrations moyennes de mercure exprimées en microgramme par gramme (µg/g) de cheveu et les limites des organisations internationales pour la santé :

Population guyanaise
Métro de Guyane
Moyenne mondiale
Limite maxi OMS(1)
Limite maxi EFSA(2)
3 µg/g
1,7 µg/g
2 µg/g
10 µg/g
4,4 µg/g
(1) OMS/WHO : Organisation Mondiale pour la Santé/World Health Organization

(2) EFSA : European Food Safety Authority

 

 Restitution des résultats (en microgramme par gramme de cheveu) pour le village de Kayodé (rapprochés des résultats de 2004 et 2005) :

 

Enfants < 7 ans

Nb
Mini*

(µg/g)

Maxi*

(µg/g)

Médiane

(µg/g)

Moyenne*

(µg/g)

> 10 µg/g

(seuil OMS)

% > OMS
> 4,4 µg/g

(seuil EFSA)

% > EFSA

Kayodé 2004

13
7,38
21,97
9,32
11,51
6
46
13
100

Kayodé 2005

16
6,42
26,6
10,94
12,41
12
75
16
100

Kayodé 2006

22
3
17
9,6
8,91
9
41
19
87

Adultes

Nb
Mini

(µg/g)

Maxi

(µg/g)

Médiane

(µg/g)

Moyenne

(µg/g)

> 10 µg/g

(seuil OMS)

% > OMS
> 4,4 µg/g

(seuil EFSA)

% > EFSA

Kayodé 2004

24
6,4
21,13
12,5
12,81
18
75
24
100

Kayodé 2005

16
6,59
25,82
13,06
13,1
10
62
16
100

Kayodé 2006

17
4,3
20
10,8
11,76
10
59
16
95
(*) La colonne Moyenne correspond à la moyenne arithmétique des valeurs relevées

(*) La colonne Mini correspond aux valeurs relevées les plus faibles

(*) La colonne Maxi correspond aux valeurs relevées les plus élevées 

Et répartition des taux relevés par tranches d'âge : 

Kayodé 2005

6 à 9 µg/g
9 à 10 µg/g
10 à 11 µg/g
11 à 12 µg/g
12 à 15 µg/g
15 à 20 µg/g
> 20 µg/g
 0 à 2 ans
XX*
X
XX

XX

X
 3 à 4 ans

X
XX
XX

X

5 à 6 ans

X

X

18 à 30 ans
XXX*
XX
X

XXXX

> 30 ans

X

XXX
X
X
* Famille test ayant eu une information personnalisée par Solidarité Guyane dès fin 2004

Kayodé 2006

< 6 µg/g
6 à 9 µg/g
9 à 10 µg/g
10 à 11 µg/g
11 à 12 µg/g
12 à 15 µg/g
15 à 20 µg/g
< 2 ans
XXXX*
X
X

 2 à 4 ans

X
XXX

X
X
XXX
5 à 6 ans
XX
XXX

XX

18 à 30 ans
XX*
X XX
XX

X
XXXX
> 30 ans

XX

X
XX
* Famille test ayant eu une information personnalisée par Solidarité Guyane dès fin 2004

 

 Première analyse de ces résultats :

 Les résultats de la campagne 2006 mettent en évidence une prise de conscience des dangers du mercure dans la plupart des familles (suite à l'opération d'information personnalisée effectuée fin 2005 par Solidarité Guyane), qui se traduit par une baisse significative des taux de mercure résultant d'une consommation réduite et sélective des poissons carnassiers (les plus imprégnés de mercure) et d'une diversification de leur nourriture. Mais ces résultats ne doivent pas masquer une pollution toujours croissante (évaluée dans une étude récente des autorités sanitaires révélant un accroissement des taux de mercure contenu dans les poissons). Quelques familles (enfants et adultes) dont le niveau d'imprégnation se situe entre 17 et 20 µg/g (très au-dessus des seuils tolérables fixés par l'OMS) devront faire l'objet d'une nouvelle prévention.

De même, si les chiffres sont en baisse chez les moins de 2 ans (résultant d'une information préventive personnalisée des femmes à partir de 2004), le taux de certains enfants demeure 5 fois supérieur aux normes de l'EFSA (et 10 fois supérieur à la moyenne mondiale).

Dans le même temps les autorités de santé devront surveiller les incidences de la réduction des apports en protéines, suite à la consommation moindre de poissons, sur la santé des populations et plus particulièrement le développement des enfants.

Pour rappel cette pollution provient de la réactivation du mercure passif contenu dans le sol et réactivé par les activités d'orpaillage illégales (pratiquées par des guyanais *) ou clandestines (par des brésiliens**) en amont du village amérindien de Kayodé sur la rivière Tampoc (zone nécessitant une autorisation d'accès de la Préfecture et bientôt dans le périmètre du futur Parc National de Guyane). Le même scénario est en train de se produire sur la rivière Litani (amont du Maroni) suite à l'implantation de sites d'exploitation aurifère côté Surinam avec l'apparition d'un village brésilien à Yao Passi (entre Taluwen et Antecume Pata).

Nous rappelons que la neurotoxicité du méthylmercure a de graves conséquences sur la santé des personnes exposées et plus particulièrement chez les jeunes enfants qui sont beaucoup plus sensibles. Ceux-ci peuvent souffrir de lésions importantes, entre autres, des retards de développement, des altérations du champ visuel, des troubles de comportement. Car le méthylmercure est foetotoxique, et le mercure de la mère traverse le placenta et est aussi véhiculé par le lait maternel. Ceci explique le nombre anormal de malformations néonatales et de grossesses non abouties dans les villages les plus touchés par le mercure.

   

Conclusion :

 - Une campagne d'information ciblée sur les dangers du mercure auprès des populations du Haut-Maroni a porté ses fruits. La prévention doit consister en des actions de proximité individualisées, tenant compte des habitudes de vie familiales et s'inscrire dans la durée.

- Le refus de l'Etat de prendre en considération la volonté des populations autochtones d'être inclus dans le coeur de Parc s'apparente à un génocide ethnique car cela se traduira par la légalisation de l'orpaillage dans leurs zones de vie avec pour conséquence un accroissement de la réactivation du mercure passif (donc de la pollution mercure), la raréfaction du gibier (vital pour les populations devant trouver des protéines de substitution au poisson) par destruction de la faune par les actions de prédations des orpailleurs, par le développement du risque de conflit inter-ethnique (entre les orpailleurs noirs marrons et les amérindiens).

 

* la plupart des sites illégaux sont exploités par des guyanais de Maripasoula et Papaïchton dont certains sont apparentés à des chefs coutumiers Bonis ou des élus

** les clandestins brésiliens sont souvent commandités par des guyanais 



"Le chemin entre l'indifférence et le mépris n'est pas bien long,

il est le même entre le mépris et le racisme"

Accueil Retour
Copyright © 2006 Solidarité Guyane