F.O.A.G

FEDERATION DES ORGANISATIONS AUTOCHTONES DE GUYANE

Page d'accueil Solidarité Guyane Retour page Associations Amérindiennes

 

Atelier de Twenke (20 - 26 janvier 2005)

Formation de leaders et négociateurs autochtones

Conclusions et recommandations

 

Nous, membres et représentants des organisations suivantes :

Fédérations des Organisations Autochtones de Guyane-FOAG

Les chefs coutumiers Wayanas,

Le Grand Man Wayana,

Association Kulalasi,

Association Palikurs Takaa de St Georges de l'Oyapock,

Organisation Indigène du Surinam - OIS,

Le Grand Man Mitje Anapaiké du Surinam,

Coordination des Organisations Autochtones du Bassin Amazonien - COICA,

Alliance Internationale des Peuples Autochtones de Forêts Tropicales - AIPFT

Amazone Alliance

En soutien de,

WWF Guyane

WWF Brésil

En présence de,

Mission Parc Guyane,

 

1. Nous reconnaissons la résolution de Twenké en date du 21 juin 1998, qui a apporté une contribution claire et historique au processus d'établissement d'un dialogue entre les peuples autochtones de Guyane, l'Etat français d'une part, et aujourd'hui dans le cadre de la coopération internationale avec les pays frontaliers le Brésil et le Surinam ainsi que les organisations environnementales et d'autres secteurs de la population.

2. Nous prenons en compte les apports constructifs des intervenants des organisations locales, nationales, régionales, internationales.

3. Conscient des pressions énormes venant des intérêts égoistes extérieurs et des politiques d'état qui ont des conséquences désastreuses sur les peuples autochtones, leurs territoires et ressources naturelles.

4. Les organisations autochtones et organisations environnementales ont pris l'initiative de joindre leurs efforts en commun pour la défense et le respect des droits de l'homme.

5. Nous constatons que dans le sud de la Guyane, où vivent depuis des millénaires les peuples autochtones, persiste le pillage des ressources par l'orpaillage ainsi par l'octroi et le maintien des sites extractifs en faveur de multinationales de part et d'autres des frontières sans le consentement libre, préalable en connaissance de cause des peuples.

6. Les infrastructures, les matériaux et les ressources humaines dans le domaine de l'éducation restent insuffisants et les suivis de programmes de prévention et d'éradication de maladies restent incertains.

7. Nous appuyons avec détermination la volonté d'établir un réel dialogue, de relations permanentes avec les peuples autochtones du sud de la Guyane avec les institutions de l'état, les collectivités territoriales, le secteur économique et autres intérêts sur la base de respect mutuel.

 

Après l'analyse de la résolution de Twenké et les discussions sur l'avancement du débat sur la création d'un parc national au sud de la Guyane, des relations avec les autres secteurs de la population, de l'état sanitaire, la situation des écosystèmes et des enjeux géopolitiques en Amazonie ainsi que des actions légales en cours :

Il ressort que des efforts conséquents et supplémentaires doivent être faits afin que les peuples autochtones du sud de la Guyane bénéficient des conditions pour garantir leur futur et l'avenir de la Nouvelle Guyane.

Recommandations :

- La nécessité d'une réforme des cadres législatifs qui violent les droits fondamentaux des peuples autochtones.

- La mise en place d'un processus de création d'une collectivité rénovée de plein exercice durant la prochaine décennie.

- Une pleine représentativité et participation transversale des peuples autochtones dans tous les domaines les affectant directement ou indirectement.

- Une autonomie de gestion publique.

- Un véritable plan de rattrapage et de développement à long terme pour les peuples autochtones du sud de la Guyane

- Une éducation autochtone et interculturelle et l'accès aux nouvelles technologies d'information et de communication adaptée qui donnerait un sens aux investissements actuels

- Une évaluation des impacts sur les peuples autochtones des différents plans : Maroni et Oyapock

- La formation urgente de cadre Wayanas, Teko et Wayapis qui intègreraient des postes de responsabilités au sein des institutions actuelles ou en projet.

- L'établissement d'un véritable partenariat y compris économique et financier pour la consolidation de la vision des Peuples Autochtones.

Plus spécifiquement,

" Les politiques d'aménagement du territoire de la Guyane doivent considérer et reconnaître les territoires ancestraux des peuples autochtones comme inaliénables, intransférables, imprescriptibles et indivisibles.

" Tout projet de parc national, parc naturel régional, réserve naturelle, complexe écorégional, réserve forestière ou mosaïque d'aires protégés ou autres ne doivent en aucun cas suspendre ou éteindre les droits territoriaux des peuples autochtones.

" Nous interpellons le Conseil Régional de la Guyane, le Conseil Général, le gouvernement français et les pays membres du traité de coopération amazonien TCA sur l'urgence de reconnaître l'existence et les droits des peuples autochtones de la Guyane française afin d'assurer et de garantir la représentation, la participation, aux prises de décisions sur les questions spécifiques ou transfrontalières les affectant directement ou indirectement.

Les directives que nous décidons de mettre en oeuvre sont :

L'implémentation de l'agenda indigène amazonie AIA dont les principaux thèmes sont :

1. Durabilité humaine

2. Territoires et ressources naturelles

3. Systèmes juridiques propres et droits constitutionnels

4. Renforcement des savoirs ancestraux et organisationnel

5. Formation académique et scientifique

L'établissement d'un agenda commun d'actions et programme entre les organisations environnementales, organismes nationaux ou internationaux et autres intéressés.

L'évaluation périodique des actions et programmes.

Production et restitution de rapports aux institutions et instances chargées de l'application des instruments des droits de l'homme.

 

Citation de Grand Man TOUENKE Amaipotï:

"Aujourd'hui tant d' efforts sont déployés pour le pillage et le contrôle de nos ressources, personne ne considère nos efforts millénaire pour la préservation de ces terres et ressources naturelles pour l'avenir de la Guyane et de l'humanité" (25/01/2005 à 19 :16 :11 à Twenké).

FOAG - Village amérindien - 97310 Kourou - Guyane Française - DOM - France - Amérique du sud

E-mail : foag@nplus.gf ou chefcoutumier.kourou@nplus.gf


Page d'accueil Solidarité Guyane Retour page Associations Amérindiennes
Copyright © 2005 Solidarité Guyane