SOLIDARITE GUYANE
Page d'accueil Présentation Les News La Guyane Pollution Santé Le peuple Amérindien Et demain ? Osez la Guyane Contactez-nous
 

Présentation d'ASG en réponse à l'ARS (Agence Régionale Santé) Guyane

suite à la mise en cause par l'ARS de la crédilité de nos analyses mercure

 

Au nom de Solidarité Guyane j'interviens dans le Haut-Maroni depuis 1996 et ai donc acquis une excellente connaissance du terrain tout en établissant des liens relationnels privilégiés avec les habitants des villages. Après des actions liées à la santé (fournissant notamment des médicaments au dispensaire de Maripasoula en 1996 et 1997 suite aux carences d'approvisionnement, un médecin en poste à l'époque (et actuellement au CHC) pourrait en témoigner et ceci avec le soutien du ministre de la santé Bernard Kouchner) je me suis tourné vers les besoins en matière scolaire par la fourniture de matériel et bibliothèques. Dans le même temps je communiquais très régulièrement le résultat de mes constats aux plus hautes autorités (plusieurs entretiens dans des ministères et courriers à chaque mission).

En plus de multiples échanges avec les médias de métropole (notamment Libération, Monde Diplomatique, Figaro, Canard Enchaîné, Charlie Hebdo,..., pour la presse écrite ainsi que TF1, France 2-3-5, M6, C+ pour l'audiovisuel, ou France Culture, Europe 1, RFI pour la radio ) j'ai été sollicité pour de nombreux projets de reportages (tel que "C'est pas sorcier") ou de films (Philippe Lafaix, Olivier Weber, Daniel Schweizer) en tant que consultant ou guide sur le terrain.

Bien évidemment cette présence depuis près de 20 ans (chaque mission dans le Haut-Maroni ayant fait l’objet d’une autorisation préfectorale) m'a conduit à connaître toutes les petites et grandes histoires locales, tant dans les villages qu'à Maripasoula, avec notamment le maillage entre les orpailleurs légaux et illégaux.

Pour ce qui concerne le mercure, très vite j'ai compris qu'au vu de l'intensification de l'orpaillage dans le Haut-Maroni et des méthodes utilisées il y aurait des conséquences sur la santé des locaux. Je me suis alors documenté et ai étudié les actions antérieurement menées par l'INVS en 1994 et 1997 dans le Haut-Maroni sur le mercure et mis en contact avec les acteurs de l'époque.

Aucune action de l'Etat n'étant prévue (et n'ayant été effectuée depuis 1997) pour évaluer une évolution des niveaux de mercure dans le Haut-Maroni, je décidai en mai 2004 de faire un premier test avec une dizaine de prélèvements que j'ai fait analyser par les laboratoires de l'INSPQ (Institut National Santé Publique du Québec) au Canada. Les résultats étant alarmistes je décidai donc d'organiser une deuxième campagne de prélèvements de plus grande ampleur.

Le coût de chaque analyse étant de 25$ au Canada (et donc difficilement supportable financièrement pour une structure totalement indépendante), on m'a alors conseillé de me rapprocher du National Institute for Minamata Disease au Japon pour effectuer l'analyse de mes prélèvements. Le NIMD (dépendant du Ministère de l'Environnement du Japon) est la référence en matière d'étude sur le mercure, j'ai été accepté et obtenu mon agrément pour appliquer leur protocole de prélèvement. J'ai ainsi prélevé une centaine d'échantillons de cheveux en novembre 2004. Les résultats ont été communiqués dès décembre et ont fait l'objet d'une large diffusion (que les autorités de santé n'ont pu ignorer puisque la DSDS Guyane m'a reçu suite à cette campagne).

Il faut préciser que la vocation de Solidarité Guyane n'a jamais été de se substituer aux organisations de santé (de nombreux échanges ont eu lieu avec les acteurs de santé de terrain) mais avait pour seul but de communiquer aux populations leur niveau d'imprégnation mercure (ce qui n'a jamais été fait lors des précédentes campagnes de 1994 et 1997) afin de leur faire prendre conscience du danger pour leur santé et surtout celle des enfants (la diffusion dans les villages d'un DVD d'information que j'ai réalisé a eu beaucoup d'impact). La démarche de Solidarité Guyane n'est pas de faire des prélèvements pour des études statistiques mais de suivre des familles (volontaires) et de les informer individuellement sur les risques encourus. Ainsi j'ai le suivi d'enfant de leur période de gestation (ainsi que leur mère) jusqu'à leur scolarité.

Quand à la crédibilité et la notoriété du NIMD, elles ne peuvent être mises en doute. Leur intérêt pour la situation dans le Haut-Maroni fit que dès 2005 j'étais invité au Japon pour un colloque sur le mercure. En 2006 je mettais en relation des scientifiques français avec le NIMD. Une étroite coopération s'est mise en place avec les chercheurs de l'université de Bordeaux. En 2009 je conduisais des représentants du NIMD dans le Haut-Maroni pour une campagne d'étude (Dr Masatake Fujimura et Dr Akito Matsuyama). En 2010 je participais à nouveau à un forum à Minamata. La collaboration instaurée avec le NIMD est garante du crédit à apporter à nos analyses et crédibilise mon mode opératoire.

Les analyses du Haut-Maroni sont archivées au NIMD et sont aussi supports d'études aux scientifiques français coopérant aux travaux sur le mercure. Cette base de données contient les informations suivantes : village, sexe, âge, code identification, taux Hg et taux MeHg. Seul le médecin (avec lequel j'échange des informations depuis de nombreuses années) intervenant dans le Haut-Maroni (et effectuant le suivi prénatal des femmes) a eu communication de la base nominative.

 

"Le chemin entre l'indifférence et le mépris n'est pas bien long, il est le même entre le mépris et le racisme"

 

Page d'accueil Présentation Les News La Guyane Pollution Santé Le peuple Amérindien Et demain ? Osez la Guyane Contactez-nous  
Copyright © 2014 Solidarité Guyane